Comprendre la photographie : 3 paramètres à connaître avant de commencer vos clichés de star !

Qu’on se le dise, je ne connais strictement rien à la photographie. Mais c’est tout l’intérêt de ce blog, que de me renseigner sur divers sujets et de pouvoir en tirer un apprentissage, tout en le partageant avec vous qui me lisez. Alors c’est parti !!! Avant de pouvoir se lancer à corps perdu dans des clichés complètement ratés (ou plutôt des selfies comme certains en font souvent), je vais essayer d’énumérer ici ce qu’il faut vraiment connaître pour pouvoir se prétendre débutant(e). LA BASE comme on dit !

triangle-exposition

En photographie, il y a 3 paramètres essentiels à connaître pour que la photo soit bien exposée. Enfin, seulement si on veut abandonner le mode automatique que nous connaissons tous pour tenter le mode manuel. Ces trois paramètres sont :

  • L’ouverture (« The aperture »)  l’ouverture du diaphragme. Plus le diaphragme sera ouvert, plus il laissera passer la lumière et inversement. L’ouverture joue sur la profondeur de champ.
  • Le temps d’exposition ou vitesse d’obturation (« Shutter speed ») = contrôle la durée du passage de la lumière. Le temps de pose après avoir appuyé sur le bouton déclencheur varie considérablement selon les réglages établis. Ce qui permet de faire cet effet d’arrêt sur image / ralenti sur un sujet en mouvement.
  • La sensibilité (ISO « International Standards Organisation ») = la sensibilité à la lumière. Cependant, attention, une sensibilité trop forte créera du bruit sur votre photo et réduira sa netteté. Une faible sensibilité apportera une netteté optimale. C’est pourquoi, on joue d’abord sur les deux premiers paramètres avant d’y toucher. Lorsque la lumière entre dans l’objectif, elle passe à travers l’ouverture, puis par le temps d’exposition pour finalement frapper la sensibilité.

Ils se réunissent pour former ce que l’on appelle, le triangle d’exposition (« The exposition triangle »).

Si vous aimez les photographies qui contiennent un objet mis en valeur par un arrière-plan flou, ou si vous appréciez les photographies où tout ce qui est dans le cadre est bien net, alors la priorité ouverture sera votre meilleur(e) ami(e) ! En effet, il s’agit d’un paramètre fondamental en photographie puisque utilisé correctement et de manière créative, elle permet notamment de contrôler la profondeur de champ. Pour ceux qui ne le savent pas, la profondeur de champ est la zone de « focus » (netteté) de votre photo. Nous pouvons donc nous en servir aussi bien pour prendre une photo d’un paysage entièrement net (zone de « focus » large), comme nous pouvons l’utiliser pour prendre une photographie d’un objet, votre téléphone par exemple, en se focalisant dessus et en l’entourant d’un flou artistique, pour détacher le sujet de son fond (zone de « focus » réduite au sujet se trouvant au premier plan). Je vous l’ai dis plus haut, si vous aimez les photos avec un arrière-plan flou dans le but de faire ressortir un objet spécifique, alors c’est sur l’ouverture qu’il faut jouer. Pour agir sur la profondeur de champ, il y a 3 éléments qui entrent en ligne de compte : l’ouverture comme dit plus haut, la focale, et la distance avec le sujet. Pour information, la focale représente la longueur optique de l’objectif en mm. Plus le chiffre est petit, plus il s’agira d’un grand angle, ce qui amènera à plus de profondeur de champ. Inversement, un télé objectif a très peu de profondeur de champ. La distance avec le sujet est également à prendre en compte. En effet, plus on s’approchera du sujet à photographier et moins on aura de profondeur de champ. Pour information, certains appareils reflex disposent d’un bouton, qui, appuyé, permet une prévisualisation directe de la profondeur de champ, un plus bien pratique. Il faut savoir que la zone de netteté se trouve à 1/3 avant la mise au point et à 2/3 après. Pour vous donner un exemple, si nous voulons photographier une règle, si le photographe fait une mise au point à 10 cm, alors la règle sera nette entre 8 (1/3) et 14 (2/3). Au-delà, la photo sera plus floue. Deuxième exemple, dans le cas d’un portrait, si la mise au point se fait sur les yeux, alors le nez sera également net. En revanche, si la mise au point se fait sur les oreilles, les yeux seront encore nets, mais plus le nez. C’est pourquoi, en portrait, un photographe se focalisera plutôt sur les yeux de son sujet pour faire sa mise au point. Enfin, dernier exemple, qui lui aussi devrait être assez parlant. On souhaite photographier quelqu’un devant un mur mais on veut aussi que ce mur soit flou. Comment faire ? La personne doit s’écarter franchement du mur pour pouvoir avoir assez de distance avec l’arrière plan (Comme dit plus haut, la zone netteté se trouvant à 1/3 avant la mise au point (ici la personne) et 2/3 après. Si au 2/3 on trouve le mur, alors il sera net, il faut donc éloigner le mur pour qu’il se trouve en dehors de la zone de netteté).

Concentrez-vous et lisez attentivement les prochaines lignes. Nous allons parler technique.

L’OUVERTURE

Comme je l’ai dis plus haut, l’ouverture du diaphragme permet de faire plus ou moins passer la lumière . Le nombre qui règle l’étendue de l’ouverture est appelé F / STOPS.

ouverture-diaphragme

Comme vous pouvez le constater sur le schéma ci-contre, plus le nombre F / STOPS est petit, plus l’ouverture sera grande et donc plus la lumière passera au centre et inversement. Oui, je sais, cela ne semble pas logique. Détrompez-vous, pourtant ça l’est. F/2.8 correspond en fait à une fraction de 1/2.8, F/8 équivaut à une fraction de 1/8. Du coup, de ce principe, nous pouvons en conclure facilement que F/2.8 > F/8. (un gâteau divisé par 2 aura de plus grandes parts qu’un gâteau divisé par 8). Cette métaphore devrait vous aider à mieux comprendre.

Wait a minute …F / What ?

STOP n’est pas qu’un panneau de signalisation. Il est aussi une unité basique qui mesure la quantité de lumière qui frappe le capteur. Changer un stop doublera ou réduira de moitié la quantité de lumière. Par exemple, passer de F / 8 à F /11 doublera la quantité de lumière, à contrario, passer de F/16 à F/11 la réduira de moitié. Pourquoi est-ce si important de le savoir ? Pour une seule et bonne raison. Si on passe de F/8 à F/11, donc que l’on diminue l’ouverture, il faudra également doubler la vitesse d’exposition passant d’1/125ème de seconde à 1/60ème de seconde, par exemple, pour compenser.

Généralement, le F / STOP est représenté sur l’écran par le deuxième nombre en partant de la gauche sur votre appareil photo.

En résumé : 

  • F/STOP petit (F/2.8) => grande ouverture => laisse passer beaucoup de lumière,  mais zone de netteté réduite
  • F/STOP grand (F/22) => petite ouverture => laisse passer peu de lumière, mais grande zone de netteté.

Chaque appareil réagit mieux à une ouverture particulière. À vous de faire les tests nécessaires pour connaître au mieux votre appareil photo. En règle générale, l’ouverture intermédiaire (F/5.6, F/8 ou F/11), offrira les meilleurs résultats. Attention, une très grande ouverture engendre, ce que l’on appelle du vignettage, les coins de l’image vont apparaître plus sombres que le centre. A contrario, une petite ouverture, au-delà du F/16, provoquera de la diffraction, autrement dit détériorera la qualité de votre photo.

Maintenant que vous savez tout cela, munissez-vous de votre appareil photo. Choisissez le mode priorité ouverture. Pour ce faire, tournez la molette se trouvant en haut de l’appareil jusqu’à atteindre le A. (A ou Av pour Aperture Value selon que l’on utilise un Nikon ou un Canon pour priorité à l’ouverture). Pendant longtemps, j’ai cru que le A de la molette signifiait automatique et non ouverture (aperture). Le mode automatique est représenté par « auto », aussi simple que cela. Comme on dit, c’est comme le Port-Salut, c’est écrit dessus. Le S ou Tv (for Time Value) pour « Shutter speed » (vitesse d’exposition), le M pour enclencher le mode manuel, et enfin le p, plus rarement utilisé, pour le mode automatique amélioré. Sur les compactes actuels, le mode automatique amélioré permet de jouer avec les différentes « scènes » préétablies. Si la personne est au ski ou à la neige, l’appareil photo va surexposer tout seul. Si le sujet est devant un feu d’artifice, le temps de pause sera très long… Scène bébé, scène je prends un mojito sur la plage (humour)… ils ont tout prévu ! Sur un reflex, ce mode sera moins élaboré. Il contiendra qu’un ou deux programmes. En résumé, il a ses limites. Et à part pour s’amuser au début, on revient vite au mode A ou S. Toutefois, cela permet aux gens qui n’y connaissent rien, d’avoir une réponse relativement fiable et rapide à leur demande.

Cas pratique #1 : Comment prendre un objet en ayant un fond flou derrière ?

Nous avons sélectionné le mode ouverture « A » ou « Av » (signifiant que vous contrôlez l’ouverture mais que la vitesse d’exposition est quant à elle gérée automatiquement). Maintenant, j’aimerai que vous choisissez un objet de votre quotidien.  Vous trouverez ci-dessous mes différents exemples réalisés sur le sujet.

Photo 1 : Environnement : extérieur. Lumière : naturelle, faible (début de soirée). Temps : nuageux.

p1190499

Le soucis pour prendre cette photo a été le manque de lumière. Pour compenser, mon père, qui m’a donné un coup de main pour ce premier essai, a augmenté l’ISO, ce qui a eu pour conséquence de créer du grain sur la photo. Malheureusement, avec les conditions qui s’offraient à nous ce jour là, on avait pas d’autres choix, que de changer la valeur de ce paramètre pour rendre la photo plus lumineuse.

Photo 2 : Environnement : extérieur. Lumière : naturelle, correcte (fin de matinée). Temps : grisâtre

p1190574

Contrairement, à la première photo, la luminosité était suffisante. J’ai donc gardé un ISO le plus faible possible, pour ne pas avoir ce grain numérique. En jouant sur une grande ouverture, j’ai eu l’effet voulu, c’est à dire peu de profondeur de champ, avec le cactus net (sujet sur lequel j’ai fait ma mise au point), et l’arrière-plan flouté.

Photo 3 : Environnement : intérieur. Lumière : superficielle

p1190587-photop1190605-photo

Même si la seconde photo est sous-exposée, je la trouve assez parlante. On constate bien que la zone de netteté a une limite et que l’ensemble du téléphone n’est pas net. Seule la partie située au premier plan l’est. Plus on s’éloigne de ce dernier, plus la photo est floue.

Cas pratique #2 : Comment prendre un paysage en photo et que toute la photo reste nette ?

Environnement : extérieur. Temps :  ensoleillé. Lumière : naturelle.

Dans cet exemple, on remarque que la zone de netteté est étendue à toute la photo. aussi bien au premier qu’au second plan.

LE TEMPS D’EXPOSITION

verre-eau_robinet_exposition-ouverture-vitesse

Le temps d’exposition « S » (Shutter speed) concerne la durée du passage de la lumière. Avoir une vitesse d’exposition rapide, c’est un peu comme fermer ses volets d’un coup sec. L’ouverture et la vitesse d’exposition sont liés. En photographie, on utilise souvent l’exemple du robinet et du seau plus ou moins rempli d’eau. On remarque bien, grâce au schéma ci-contre, qui n’est pas de moi, que si on ouvre le robinet à fond, l’eau va couler à flots, et le seau sera plus vite rempli (moins de temps pour remplir le seau = temps court). Au contraire, si on ouvre le robinet que d’un demi-tour de poignet, l’eau s’écoulera probablement goutte à goutte, et il pourra se passer une demi-heure avant de remplir ce même seau (plus de temps pour remplir le seau = temps long). Dans cet exemple, on constate immédiatement le lien entre l’ouverture et le temps d’exposition, l’un ne va pas sans l’autre.

Il est très important de le retenir. En pratique, comment cela marche ? Si on choisit une grande ouverture (laisser passer plus de lumière = petit chiffre = f/2.8 par exemple), il faudra automatiquement augmenter la vitesse d’exposition (fermer vite les « volets » pour ne pas laisser passer trop de lumière). Si on laisse trop de lumière rentrer et par l’ouverture, et / ou par une vitesse d’exposition longue (admettons qu’on laisse les fenêtres ouvertes longtemps pendant une journée ensoleillée), la pièce sera trop lumineuse. À moins que le sujet de départ soit sombre. Dans ce cas, il faudra peut-être prévoir des réajustements. Sachant cela, il faudra se poser la question : qu’est-ce qu’i doit ressortir le plus sur votre photo ? En fonction de votre priorité, vous pourrez régler les différents paramètres en conséquence afin de vous rapprocher au mieux du rendu de photo que vous souhaitez obtenir. Sachant que tout comme l’ouverture, il existe une valeur de vitesse qui sera la plus optimale pour rendre votre photo nette, sans flous de mouvement. Pour connaître ces valeurs, il vous suffit de fixer le dénominateur de votre temps de pose à une valeur au moins égale à la focale utilisée, à condition que l’on parle en format 24/36, c’est à dire en capteur plein format. Si vous avez un 100mm, il faudra utiliser 1/100 ou moins (1/125; 1/250…)

Cas pratique #1 : Comment prendre une personne en mouvement ?

Nous avons sélectionné le mode vitesse d’exposition « S » ou « Tv » (signifiant que vous contrôlez la vitesse d’exposition mais que l’ouverture est quant à elle gérée automatiquement). Une fois le sujet choisi, demandez-lui de se mettre en mouvement. Par exemple, de courir.  Environnement : extérieur. Temps : ensoleillé. Lumière : naturelle.

N’oubliez pas de suivre le sujet dans son mouvement jusqu’au bout même au delà de la où il s’arrête. De le suivre, comme une caméra suivrait l’acteur.

Photo à venir …

Et l’ISO alors ?

LA SENSIBILITÉ

L’ISO concerne la sensibilité du capteur de l’appareil photo. Les nombres qui quantifient cette sensibilité doublent allant de 100, 200, 400, 800, 1600, 3200 … Là encore, cela importe car passer d’un chiffre à l’autre augmentera de moitié ou doublera la sensibilité.  Pour faire simple, plus l’ISO sera faible, plus la photo sera nette. Plus il sera élevé, plus la photo aura du grain et une mauvaise qualité de l’image.

En reprenant l’exemple du volet donné plus haut, l’ISO serait par exemple un rideau ou un store, qui agirait comme un voile à la lumière. Il la laisse passer, mais moins. Du coup, pour compenser ce manque de luminosité, il faudra augmenter l’ouverture pour favoriser le passage de la lumière, ou augmenter le temps d’exposition (plus on laissera les volets ouverts plus longtemps, plus la lumière passera). J’espère que ces exemples imagés vous aideront à mieux comprendre ces principes fondamentaux. Me concernant, cela m’a aidé !

EN CONCLUSION …

Comme nous l’avons vu plus haut, l’ouverture permet de jouer sur la profondeur de champ. Elle est donc à privilégier pour mettre en valeur un objet (macro), ou une personne (portrait). En revanche, si ce même sujet est en mouvement, il sera préférable d’opter pour la priorité « vitesse d’exposition / Shutter speed », qui permettra de donner cet effet de vitesse (flou) et /ou d’action figée (sujet net).

Etant donné que l’ISO joue sur le grain et la netteté de la photo, il est important de laisser l’ISO le plus bas possible (100) et de n’y toucher que si on est dans un environnement spécifique. En intérieur, s’il fait un peu sombre, on peut augmenter l’ISO jusqu’à 400 à 600, et s’il fait nuit, on sera obligé d’augmenter l’ISO davantage en veillant à augmenter l’ouverture (pour laisser passer plus de lumière), sans pour autant augmenter de trop le temps d’exposition. En effet, cela évitera que la photo ne bouge et soit floue car plus on augmente le temps d’exposition, plus l’appareil mettra de temps à prendre la photo après avoir enclenché le bouton. Si vous bougez pendant ce temps, la photo sera forcement floue. C’est pourquoi, lorsque le photographe choisit un temps d’exposition long, il est préférable qu’il s’équipe d’un trépied pour que l’appareil reste bien fixe pendant toute la durée de la photo.

POUR ALLER PLUS LOIN … 

Parfois, dans un cas précis, comme lorsqu’on part en vacances à la neige, on aura besoin d’utiliser ce que l’on appelle l’exposition compensatrice, marquée par un + / – sur votre appareil photo. Cette dernière se base sur l’indice de lumination ou luminance (IL), (or EV for Exposure Value), ou encore appelé STOP, qui correspond au nombre qui caractérise un couple ouverture / temps d’exposition, permettant de régler la luminosité de votre photo en la surexposant ou en la sous-exposant notamment. Vous l’avez compris, IL, EV ou STOP veulent dire la même chose.

La mesure de la lumière se base sur une valeur de « gris 18% »,  équivalent à un gris moyen. Qu’est-ce que cela signifie ?

Dans l’échelle de gris ci-dessus, le gris moyen correspond à la zone 5.

Source schéma : http://www.cours-photophiles.com/index.php/les-grands-themes-de-la-photographie/112-paysages-de-neige

En effet, la neige apporte tellement de lumière (surtout les jours de beau temps), que l’appareil essaiera de la compenser en réduisant la luminosité, rendant la neige grise, ou le sujet photographié sombre (pour se rapprocher de ce fameux gris 18%). Pour éviter cela, il faudra surexposer la photo, généralement de 1 à 2 IL / EV / STOP (à chaque IL en plus, la quantité de lumière double, comme vu plus haut). À contrario, une image sombre, correspondant à 1 ou 2 sur le schéma ci-dessus, sera éclaircie pour se rapprocher de ce gris moyen. Ainsi, si on veut que la photo reste sombre, comme à l’initial, il faudra jouer sur l’exposition compensatrice et diminuer de 1 à 2 IL afin de la sous-exposer manuellement.

Enfin, certains accessoires en photographie sont bien pratiques. Par exemple, il ne faut pas hésiter à s’acheter un filtre polarisant, pour que le bleu du ciel reste éclatant, surtout en temps de neige ! Il est à fixer sur son objectif et permettra d’éviter les reflets sur les photos, rendant aussi les couleurs plus éclatantes. Bref, il fait bien ressortir les photos ! Accessoire bien sympa en somme !

La photographie est avant tout une histoire de balance. Il est important d’avoir tous les paramètres en tête pour pouvoir choisir le meilleur réglage possible et s’amuser avec, être créatif(ve) !

Entraînez-vous, chez vous. Choisissez un objet de votre quotidien (une tasse, un cahier, un bijou …) et photographiez-le sous différents angles. Essayez de rendre le fond plus flou à l’arrière de l’objet, ou au contraire, de rendre toute la photo nette, de trouver la bonne balance au niveau de la lumière. Vous pouvez essayer de photographier cet objet de très près en « close up », avec d’autres objets autour, avec un sujet le tenant dans les mains, ou en mouvement pour tester le mode « shutter speed ».

Bonne séance photo mes futurs paparazzis !

 

 

 

 

Share this Story
Load More Related Articles
Load More By TheChallengingMachine
Load More In  

2 Comments


  1. Marion

    mai 15, 2017 at 8:45

    Magnifique article ! Je vais suivre tes conseils !

    Reply

    • TheChallengingMachine

      juillet 27, 2017 at 2:54

      Merci, c’est gentil 🙂 Contente que ça puisse t’être utile !

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Check Also

Thelma & Louise : le girl power des inséparables

Thelma et Louise est un film américain réalisé ...

The Challenging Search !

The Challenging Me !

Vous êtes vous déjà dit que vous aimeriez faire ce voyage au tour du monde, ou cuisiner autre chose que des pâtes et du riz le soir en rentrant du travail, d'apprendre un nouvel instrument, de vous occuper un peu plus de vous cette année, de vous inscrire à ces cours de dessin ou à ces cours de danse qui vous tentent depuis maintenant 3 ans, de vous mettre au sport ou encore de vous améliorer tout simplement ? Bref, d'être vous, mais en mieux. Je me le dis souvent, et souvent je ne fais jamais rien. On se cherche des excuses. Quand en fait, il est assez simple de faire, il suffit de se lancer... Il y a une citation que j'aime beaucoup qui dit : “Every accomplishment starts with the decision to try" (Toute réussite commence avec la décision d'essayer). Voilà pourquoi je fais ce blog, "cette machine à challenges". Pour me pousser en avant, essayer de me sortir de ma zone de confort et écrire sur ces sujet qui m'intéressent mais auxquels je ne consacre malheureusement pas assez de temps. The challenging machine, c'est toutes ces petites choses que j'aimerai faire mais que je ne fais pas, et que je remets à plus tard. Sauf qu'on ne sait pas de quoi demain sera fait, donc le mieux c'est de suivre ses envies au présent, et de vivre ses rêves ! Rapprochons nous de la vie que l'on a toujours rêvé d'avoir et de la personne que l'on a envie de devenir !

The challenging news !